Catégories
Alimentation

Élever des abeilles en ville

Élever des abeilles en ville? Cet éducateur de rue devenu apiculteur fait ça depuis dix ans. Il partage les infos clés à savoir avant d’avoir des abeilles en ville et nous fait visiter sa ruche.

Le matériel de l’apiculteur

« Pour le matériel, il y a un investissement d’environ 500 euros » selon Hafid Jouhri. « Vous avez besoin du chapeau, d’une veste de bonne qualité qui coûte une  cinquantaine d’euros, de gants. Une ruche coûte entre 80 à 140 euros.  On a également – outil incontournable pour l’apiculteur – le lève-cadre (pour soulever les cadres), une petite balayette pour pousser les abeilles, l’enfumoir ainsi que le combustible adapté“. A Bruxelles, on peut trouver cet équipement à l’écojardinerie des Pilifs.

Se former dans un rucher école pour élever des abeilles en ville

Pour ceux qui vivent à Bruxelles, il y a la formation de la Société Royale des Abeilles de Bruxelles (SRABE ou “Bruxelles, m’abeille”) sur deux ans. Cette formation coûte une soixantaine d’euros. “Et vous disposez gratuitement  de tout le matériel si vous êtes membre“. Cette formation permet de suivre le cycle de la ruche (mise en hivernage, traitement, ajout de cadres, de nourriture, prévention essaimage, récolte du miel, mise en pot etc…)

Que faire en cas de piqure ?

“Vous prenez quelque chose qui racle et vous raclez pour enlever la poche à venin. Si vous réagissez dans la seconde, la réaction sera tout petite. Approchez une source de chaleur, par exemple, une cigarette, devant la piqûre. A 63-65 degrés, le venin meurt. Et après dix secondes vous sentez plus rien” partage Hafid Jouhri.

Allergique ?

Hafid Jouhri met en garde: “ceux qui ne se sont jamais fait piquer par une abeille et veulent avoir des ruches doivent faire un test chez un allergologue pour vérifier s’ils sont allergiques. Être allergique signifie que la réaction à la piqure sera généralisée. C’est rare, mais si c’est le cas, il faudra décrocher. Il y a  moyen de lutter contre ça en se faisant désensibiliser chez un allergologue pendant deux-trois ans”.

L’apiculteur peut-il prendre des vacances ?

« L’apiculteur vit au rythme des abeilles. Ici, en Belgique, on a deux récoltes par an: tout ce qui fleurit au printemps: le saule, les fruitiers et ce qu’on récolte en été: tilleul, ronces, trèfles, pissenlits. La dernière fleur, c’est le tilleul. Après ça, vers le 15 juillet, on récolte le miel, on ferme boutique et on part en vacances » partage Hafid Jouhri.

Installation des ruches

En Belgique: il faut installer sa ruche à un rayon de 20 mètres des habitations. On peut réduire la distance à dix mètres en plaçant un obstacle plein de 2 mètres devant la ruche, pour que les abeilles s’envolent vers le haut. À Bruxelles, une autorisation est nécessaire dès la première ruche.

En France : on doit placer les ruches (dans de nombreux départements) à au moins 20 m des propriétés voisines et 100 m des bâtiments collectifs. La distance peut être réduite si la ruche est isolée par une clôture de 2 m de haut d’une longueur de 2 m de chaque côté de la ruche.

Déclaration des ruches

En Belgique : Vous devez vous inscrire à l’Afsca dès l’installation dès la première colonie (c’est gratuit en dessous de 25 colonies) comme « apiculteur détention d’abeilles » avec les codes suivants : “PL4 ; AC28 ; PR1 ; nouvelle activité” (si vous débutez et que votre foyer consomme le miel).

En France : vous devez aussi déclarer les ruches dès l’installation de la première colonie avec ce formulaire. Ca doit être fait entre le 1er septembre et le 31 décembre (période de déclaration standard). Si on installe les ruches hors de cette période, il faudra renouveler la déclaration pendant la période « standard ». Chaque apiculteur déclare ses colonies (nombre et emplacement). C’est ce qui permet d’obtenir un numéro d’apiculteur.

Le conseil d’Hafid Jouhri : « Même si  vous répondez aux critères légaux, prévenez vos voisins. Rassurez les. A la première récolte, offrez leur un pot de miel pour entretenir une bonne relation avec eux ».

Si vous avez aimé l'article, n'hésitez pas à le partager ;-)

Une réponse sur « Élever des abeilles en ville »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *